Poster un message

En réponse à :

Mémorial de Schirmeck : faut-il vraiment un mur de « toutes les victimes » ?

Lien transmis par Philippe Breton (Ovipal)
lundi 6 mars 2017 par Nicolas Mengus

Philippe Richert, président de la région Grand Est, vient de décider l’érection d’un mur sur lequel figurera le nom des victimes alsaciennes et Mosellanes de la deuxième guerre mondiale. On y trouvera donc, entre autres, et côte à côte, ceux des Waffen SS alsaciens, volontaires ou enrôlés de force, celui des victimes juives déportées, ou même ceux d’alsaciens massacrés par les SS, comme à Oradour. Ce mélange des mémoires, qui ont chacune leur histoire, est-il vraiment souhaitable ?

Suite de l’article sur http://www.ovipal.com/blog/memorial-de-schirmeck-faut-il-vraiment-un-mur-de-toutes-les-victimes

Voir aussi le point de vue publié dans les DNA du 4.3.2017 : http://www.dna.fr/sciences/2017/03/04/le-risque-du-mur-des-noms.

Voir le point de vue de Robert Hébras : http://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/haute-vienne/mur-noms-schirmeck-ravive-tensions-entre-limousins-alsaciens-1220407.html

Note de malgre-nous.eu

Depuis quelques temps, il est question de plusieurs milliers, voire de 6000 Alsaciens versés dans la seule division blindée « Das Reich ». Comment serait-ce possible ? Une unité d’élite allemande composée d’un tiers de « Franzosenköpfe », est-ce seulement envisageable du seul point de vue militaire ? Laissons de côté ce fantasme pour se recentrer sur des données historiques : on sait que ces Alsaciens sont majoritairement des jeunes de la classe 26. Celle-ci se composait d’environ 4000 mobilisables dont seule la moitié a été offerte par le Gauleiter Wagner à la Waffen-SS. Ces jeunes ont ensuite été versés dans diverses divisions, dont un grand nombre - 800 - dans la « Das Reich » qui avait été décimée sur le front soviétique. Une partie de ces recrues a été mutée de la « Das Reich » dans la « Frundsberg » et la « Hohenstaufen ». Ce chiffre de 6000, erroné, fait d’ailleurs l’objet d’une action en justice de la part des ADEIF 67 et 68.

Réaction de Serge Amorich à la lecture de l’article

Bonjour Monsieur,

Je viens de lire l’article Mémorial de Schirmeck : faut-il vraiment un mur de « toutes les victimes » ? mis en ligne le 1er mars 2017.

Il est navrant d’avoir à lire ce genre d’analyse. Il y a toujours des gens pour se poser des questions qui n’ont pas de raison d’être.

Il conviendrait que chacun d’entre-nous se réjouisse de la décision de Monsieur le Président Philippe RICHERT d’ériger un mur à la mémoire de toutes les victimes de la Seconde guerre mondiale. Je dis « Merci à Monsieur le Président Philippe RICHERT d’avoir pris cette décision ».

Pour les personnes qui critiquent sans cesse et qui passent leur temps à parler pour ne rien dire (ou peut-être pour montrer qu’elles existent), il y a actuellement d’autres sujets de réflexion et d’action : la bataille de MOSSOUL, la famine au SUD-SOUDAN.

Je les engage vivement à s’interroger sur ces dossiers…

Serge AMORICH

Lien transmis par Richard Klein :

https://www.francebleu.fr/infos/societe/le-mur-des-noms-pas-encore-construit-mais-deja-au-cœur-d-une-polemique-1488533256


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1533622

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 18