Les Fils et filles de tués du Bas-Rhin

A propos de l’indemnisation des orphelins

Article paru dans les DNA du 16.6.2015 transmis par Yves Scheeg

mardi 16 juin 2015 par Nicolas Mengus

De retour d’Épinal où se tenait le congrès national de la fédération des Fils et Filles des morts pour la France, Marie-Thérèse Manto-Bigay monte au créneau dans le dossier de l’indemnisation des orphelins.

La Schilikoise Marie-Thérèse Manto-Bigay a participé il y a quelques jours au 81e congrès national de la fédération des Fils et Filles des Morts pour la France, en tant que secrétaire adjointe nationale et présidente de l’association bas-rhinoise. Un jour et demi de débats qui ont permis d’évoquer les revendications du moment. À commencer par la demande d’étendre aux enfants des morts pour la France des décrets de juillet 2000 et de juillet 2004 accordant une indemnité aux orphelins de déportés (juifs et/ou français).

Réélue à Épinal déléguée fédérale, pour un mandat de deux ans, l’Alsacienne a hérité d’une première mission : porter les revendications de la fédération aux oreilles des députés et des sénateurs des deux départements. À charge pour eux d’interpeller le gouvernement et de faire en sorte que « justice soit rendue ».
Pas une minute à perdre : Marie-Thérèse Manto-Bigay avait rendez-vous dès vendredi dernier avec le sénateur Claude Kern. Avant d’autres entretiens à venir. « Je vais contacter personnellement tous les parlementaires alsaciens, les eurodéputés et éventuellement les maires », dit-elle.

Le gouvernement fait la sourde oreille

« Il y a un grand malaise chez tous les orphelins de guerre et pupilles de la Nation, suite à la publication de ces deux décrets, témoigne-t-elle. Or le gouvernement ne réagit pas. Nos pères se sont battus et ont laissé leur vie pour nous. Quand cessera cette humiliante discrimination à notre égard, nous les descendants de ceux qui ont sacrifié leur existence et ont été contraints de revêtir un uniforme ennemi ? »

Marie-Thérèse Manto-Bigay a rejoint les rangs de l’association bas-rhinoise en 2000, avant de la relancer trois ans plus tard, au moment de son accession à la présidence. Avec 450 adhérents, l’association des Fils et Filles de tués du Bas-Rhin se situe en tête de toutes les associations départementales de France. Un levier assurément, qu’entend exploiter la présidente. En direction des politiques.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 427 / 1532181

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualité  Suivre la vie du site Revue de presse   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 27