Les Alsaciens et la 2e division blindée Waffen-SS « Das Reich »

Lettre ouverte à Monsieur Rémy Pflimlin, Président de France Télévision, à propos du documentaire consacré à la « Das Reich » diffusé sur France 3 le 2 mars 2015

lundi 20 avril 2015 par Nicolas Mengus

Lettre ouverte à Monsieur Rémy Pflimlin,
Président de France Télévision

Le 20 avril 2015

Concerne : Das Reich – Documentaire

Monsieur le Président,

En réponse aux lettres individuelles et collectives signées par monsieur Philippe Richert Président de région, madame Brigitte Klinkert, Vice-présidente du Conseil général du Haut-Rhin, des députés, la quasi-intégralité des associations de mémoire, des dizaines d’historiens, une centaine de témoins et d’auteurs, France 3 et vous-même avez officiellement résumé ces démarches à : « quelques courriels ».

Nous constatons avec regret que vous n’avez pas pris la mesure de la gravité de ce dérapage moral et scientifique.

Notre Mémoire, que vous partagez, nous est précieuse, vitale même. Elle nous constitue en tant qu’individus. En cela nous ne sommes pas différents des autres communautés et nous ne revendiquons qu’une vérité de Mémoire.

Il nous est impossible d’accepter que nos anciens, leurs héritiers, les chercheurs qui, depuis plus cinquante ans, révèlent ce temps, dans ses sources, avec patience et recul, soient à ce point bafoués.

Le DVD « Das Reich » circule sous sa première version. Il deviendra une référence historique. Nous savons que sa diffusion sur Arte n’intégrera qu’un changement de chiffre et que le cœur de cette thèse, qui présente l’Alsacien comme l’acteur principal de la marche des Waffen-SS dans la France de 1944, ne sera pas modifiée.
Aucune excuse, aucun constat d’insulte envers la mémoire de l’Alsace – qui représente le cœur de l’histoire de l’Europe – n’ont été formulés jusqu’à ce jour.

Sommes-nous si peu importants ?

Aucune mémoire, qu’elle soit individuelle ou collective, ne peut supporter de devenir le prétexte d’une télé-réalité historique qui ne sert, et d’ailleurs très maladroitement, que l’audimat. Il nous semble, pourtant, tout à fait possible de gagner le cœur du public tout en étant rigoureux.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, en l’expression de notre considération attristée.

Pour les cent-quarante-trois signataires de la lettre ouverte en date du 17 mars 2015
Marie-Laure de Cazotte – Ecrivain
Nicolas Mengus – Historien


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 418 / 1533414

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualité   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 18